Nous venons de débuter à l’Assemblée, la discussion de la 2nd partie du projet de loi de finances, c’est à dire du budget de l’Etat pour 2016. C’est l’occasion de revenir sur l’une des décisions déjà prise dans la 1ère partie : la poursuite et l’amplification du mouvement d’allègement de l’impôt sur le revenu des ménages aux revenus moyens et modestes.

(coût : plus de 2 milliards d’euros). Engagée à l’été 2014 avec la réduction d’impôt exceptionnelle, la baisse de l’impôt sur le revenu a été prolongée en 2015 avec la suppression de la première tranche d’imposition pour un montant de plus de 2 milliards.

L’an prochain la baisse de l’impôt sur le revenu proposée vise également à rendre l’entrée dans l’impôt plus progressive. Le mode de calcul de la décote est réformé afin d’augmenter son montant et diminuer sa pente. Ces termes barbares masquent une réalité plus agréable : la diminution de l’impôt sur le revenu pour 8 millions de foyers fiscaux titulaires de revenus moyens et modestes, parmi lesquels 3 millions n’avaient pas bénéficié des mesures de baisse d’impôt précédentes.

Ainsi pour plus de 2/3  des célibataires concernés, la baisse sera comprise entre 200 et un peu plus de 300 € d’impôt en 2016. Pour plus de 2/3 des couples concernés, cette baisse sera de 300 à plus de 500 € par foyer.

Par ailleurs, grâce à cette mesure, environ 500 000 foyers sortiront du champ de l’impôt et autant n’y rentreront pas.  Enfin, les limites des tranches de revenus du barème de l’impôt sur le revenu sont revalorisées selon l’évolution de l’indice des prix hors tabac de 2014 à 2015, soit 0,1 %.

Ces mesures seront utiles mais il est probable qu’elles ne feront pas les ouvertures des journaux télévisés. Et pourtant pour le quotidien de bien des Quimpérois, ce sera un changement précieux !

Facebook

Twitter