Le conseil des ministres vient de décider du départ de Claude Revel de la délégation interministérielle à l’intelligence économique. C’est une triste nouvelle.

J’avais salué la nomination d’une très grande professionnelle de l’intelligence économique en mai 2013 et approuvé le nouveau décret publié en août de la même année. En effet, le positionnement de la délégation auprès du Premier ministre revêt un caractère stratégique afin d’assurer une efficace coordination interministérielle dans les différents domaines irriguant l’intelligence économique.

C’est pourquoi, je veux saluer la très riche action accomplie par Claude Revel à la tête de la D2IE et le rôle déterminant qu’elle a su prendre en matière de sensibilisation, de pédagogie et de veille. Claude Revel a également su mettre en exergue la nécessité de prendre en considération l’influence normative y compris dans sa dimension européenne. 

Je prends évidemment acte de la volonté du ministère de l’Economie et des Finances d’accroître son implication en ce domaine, comme le rapport public de la Délégation parlementaire au renseignement pour l’année 2014 l’y exhortait. La désignation de Jean-Baptiste Carpentier témoigne de ce souci. Je lui souhaite un bon travail en espérant que l’excellente action conduite par Claude Revel sera perpétuée.

 

Facebook

Twitter