Je renoue ce soir avec une pratique instituée dans la précédente législature : les réunions de bilan de mandat.

La charge de la Commission des lois durant le mois de juin m’avait interdit de les organiser à la fin de la première année du mandat comme la cohérence de calendrier m’y invitait. C’est donc en ce début de session (l’année parlementaire démarre officiellement le 2 octobre mettant ainsi fin à la session extraordinaire ouverte au début septembre) que je vais tenir 5 réunions : une par canton.

La première aura lieu ce soir à Briec, à 20 h, dans la salle des mariages. Elle est logiquement plus dédiée aux électeurs des communes de Langolen, Landudal, Edern, Landrévarzec et bien sûr de la commune chef lieu du canton.

Ensuite, ce sera à Quimper, à 19 h, jeudi prochain 3 octobre à la MJC de Kerfeunteun. Puis, le lundi 7 à 18 h 30 à Ergué Gabéric au Centre de Croas Spern dans la salle Ti-Kreis, le jeudi 10 octobre à Fouesnant au centre culturel l’Archipel, salle Le Loch à 20 h. Puis pour conclure, à Pluguffan le 14 octobre, à 18 h à l’espace Allende.

J’aurai ainsi l’occasion de dresser un panorama de mon action à Quimper, en Cornouaille et à Paris sur le terrain législatif. Vous pouvez retrouver (uniquement pour Ouest France car celui du Télégramme n’est consultable qu’en payant…) l’article paru à l’occasion de la présentation de ces réunions de bilan.

Naturellement, vous êtes les bienvenus !

Grâce à l’investissement du Ministre de l’Intérieur fort des engagements du Président, pour la seconde année consécutive, le projet de loi de finances consacre non seulement une augmentation du budget du ministère de l’Intérieur mais en plus pour la première fois depuis 6 ans, un accroissement des moyens de fonctionnement ! Cette hausse doit d’autant plus être soulignée que c’est loin d’être le cas des budgets des autres ministères.

Le Gouvernement a donc indéniablement décidé de poursuivre le soutien à la mission sécurité au profit de nos concitoyens… et des forces de  l’ordre elles-mêmes. Peu à peu, il cherche ainsi à réparer la casse orchestrée par Nicolas Sarkozy au cours des dernières années.

Face à cet effort qui va être demandé à la nation et donc aux contribuables, j’ai été surpris de voir que des syndicats de police avaient volontairement décidé de consacrer leur première expression à la dénonciation de la disparition de l’indemnité de sujétions spéciales de police (ISSP) pour les trois corps actifs de la Police entrant en école le 1er janvier 2014.

Aussi ai-je ce matin, posté un tweet volontairement provocateur dans lequel je signale que j’aurais préféré que soit étudiée la suppression de l’ISSP pour les actifs effectuant des tâches administratives ou techniques.

Les réactions évidemment courroucées que j’enregistre depuis me conduisent à rappeler que derrière cette formulation nécessairement elliptique, correspond l’une des Onze
propositions choc pour rétablir la sécurité
que j’avais publiées à l’été 2011.

En substance, elle signifie d’abord qu’il serait logique que le régime indemnitaire de la police nationale puisse connaître un réel toilettage après les années Sarkozy qui ont notamment instauré des primes au résultat pervertissant la mission des policiers.

Ensuite, qu’il est souhaitable de chercher à décharger les policiers des nombreuses tâches administratives et techniques qui pourraient être prises en charge par des personnels spécialement dédiés à cette fonction et dont le statut existe déjà au sein du Ministère. Je note d’ailleurs que la Gendarmerie nationale a déjà amorcé ce mouvement de rationalisation de la dépense et de l’activité. Nos concitoyens méritent une police dont l’essentiel du temps doit être concentré à la lutte contre l’insécurité !

Enfin, une fois de plus, je suis contraint de relever que certaines organisations syndicales ont l’épiderme particulièrement sensible. Mais ce n’est pas leurs cris qui interdiront au parlementaire que j’ai l’honneur d’être de s’intéresser à l’usage de l’argent public. Le prochain débat parlementaire m’en donnera sans doute l’occasion.

Dimanche retrouvons nous à partir de 14 h au Chapeau Rouge pour la première fête de la rose de la lère circonscription.

Comme cela est de tradition dans ce genre d’initiative, vous pourrez y trouver des animations musicales, des stands d’information, des jeux… Et surtout, nous aurons le plaisir d’accueillir et donc d’entendre Najat Vallaud-Belkacem, ministre du droit des femmes et porte-parole du gouvernement. Cela nous donnera la possibilité d’échanger sur la politique gouvernementale et en particulier sur les nombreuses avancées mises en œuvre en faveur de l’égalité Femmes-Hommes.

Cette manifestation est organisée par les sections socialistes de Briec, d’Ergué-Gabéric, de Fouesnant, de Quimper et de Plomelin.

Vendredi et samedi, la municipalité de Quimper, sous l’impulsion de Jean Marc Tanguy, conseiller municipal délégué, organise plusieurs manifestations sur un thème fédérateur « Handicap tous concernés« .

La première édition, en 2011, avait rassemblé plus de 1 000 personnes et donné lieu à de belles rencontres. Nul doute que cette nouvelle invitation trouvera le large public qu’elle mérite et notamment la conférence que fera de 20h à 22h à la MPT de Penhars, l’écrivain, Marcel Nuss sur une réalité masquée qui relève encore du tabou : « La vie affective et la sexualité chez les personnes en situation de handicap ».

Un autre moment important qui mêlera la musique, la danse, le sport, la rencontre avec les associations entre 10H00 à 20H00 sur la place Saint Corentin.

Au plan national, ce gouvernement pour l’année 2013, a mobilisé plus de moyens en faveur des personnes en situation de handicap qu’en 2012 puisque les crédits sont en hausse de 6,3 %. Parallèlement, une circulaire du 4 septembre du Premier ministre a institué l’intégration de la question du handicap dans chaque projet de loi traduisant concrètement notre volonté que les politiques publiques puissent totalement l’intégrer.

Facebook

Twitter