Première réunion publique ce soir à 18 h 30 à la Forêt Fouesnant, salle Polyvalente, située 1 Corniche de la cale.

C’est l’une des rares communes de la circonscription a ne pas avoir placé François Hollande en tête le 6 mai (44,4 %). Mais il est vrai qu’en 5 ans la progression est cependant notable puisque Ségolène Royal n’avait totalisé que 41,34 % des suffrages exprimés.

Ensuite, nous pourrions nous retrouver à 20 h 30 à Quimper, dans le quartier de Kerfeunteun, à la MPT/MJC 1 rue Teilhard de Chardin. Dans la totalité du canton, dont le conseiller général est le premier adjoint du maire, Georges Kergonna, il y a un mois François Hollande avait obtenu 61,2 % des suffrages.

J-F. Copé a fait de la brutalité et de la simplification caricaturale sa marque de fabrique. Hier encore, il nous en a donné une belle démonstration.

Commentant l’annonce du remplacement des directeurs de la police nationale et du renseignement intérieur, il a tout simplement estimé que « leur honneur [a été] piétiné par le nouveau président de la République et le nouveau gouvernement socialiste » alors qu’ils « ont fait honneur à l’Etat et à son administration » et a finement conclu que « la chasse aux sorcières [était] engagée« .

Je n’arrive pas à retrouver sa déclaration lorsqu’en 2002, le DGPN et le Préfet de police de Paris avaient été – avant toutes autres – les deux premières nominations effectuées par le conseil des ministres du 25 mai 2002, le DGGN suivant un peu plus tard (novembre 2004). Et j’imagine que s’il avait été en situation de le faire en mars 1986, il se serait élevé avec la même force quand pratiquement tous les directeurs et chefs de services – sauf le DGPN – avaient été changés dans les 15 jours qui suivirent l’arrivée par le nouveau ministre de l’Intérieur Charles Pasqua…

En réalité, le remplacement des plus hauts fonctionnaires de la police nationale est une pratique… normale. Elle ne surprend personne tant les dix dernières années furent marquées par une gestion trop politisée – pour ne pas dire clanique – de la police au point d’avoir conduit les policiers au découragement.

Il faut souhaiter que le nouveau ministre puisse tourner le dos à cette dérive. La police n’est pas un pouvoir mais un service. Les forces de sécurité ne sont pas un simple appendice de l’appareil gouvernemental mais d’abord et fondamentalement un outil au bénéfice de la nation, c’est-à-dire de l’ensemble des citoyens.

Je rentre d’une longue série de porte à porte avec Dominique Closier, maire de Pluguffan. Nous avons évidemment parlé de la fermeture, le 5 novembre prochain, de la station de Météo France installée à l’aéroport.

Cette annonce n’est pas une surprise car la décision était entérinée depuis juillet 2011.  J’en avais déjà parlé ici le 10 mars 2011 mais aussi le 20 octobre 2008. Je n’en partage pas moins la colère des personnels et leur incompréhension, tant les conséquences de cette disparition sur la qualité du service rendu s’avèrent préoccupantes.

Sur peu de dossiers autant que sur celui-ci, j’ai eu à ce point l’impression de me heurter à un mur d’indifférence. J’ai commencé à m’intéresser de près à cette affaire en octobre 2008, lorsque les personnels finistériens de l’établissement, basés à Quimper et Brest, se sont mis en grève afin de protester contre un projet de restructuration susceptible d’entraîner la fermeture d’un nombre important de centres départementaux et des réductions drastiques d’effectifs.

Mes incessantes interventions, 3 ans durant, auprès du gouvernement de François Fillon, du directeur général de Météo France et de l’ancien préfet du Finistère Pascal Mailhos n’y ont rien changé. En dépit d’un pseudo processus de consultation destiné à préserver les apparences d’un dialogue social au final inexistant, la décision de fermer la station de Pluguffan a été prise très vite et n’a donné lieu à aucune concertation.

La Cornouaille a décidément payé au prix fort la mise en œuvre de la brutale et aveugle RGPP fondée, sous couvert d’une prétendue rationalisation, sur le reflux généralisé des services publics dans les territoires. L’heure est heureusement venue de tourner la page de cette politique absurde dont nos concitoyens n’ont que trop souffert.

Journée de campagne dans le canton de « Quimper III » aujourd’hui.

En début d’après-midi, je vais arpenter les rues de la commune de Plomelin. Avant de retrouver celles de Pluguffan en début de soirée.

Dans la première des deux villes, François Hollande a rassemblé 57,75 % des suffrages et dans la seconde, 58,49 %.

Mais comme je ne cesse de le répéter dans les multiples rencontres, l’élection législative est une page blanche sur laquelle tout est à écrire. De fait, l’enquête publiée hier par IPSOS imagine pour le moment une participation faible, autour de 60%.  Ainsi sans sursaut de mobilisation dans la dernière ligne droite, le record d’abstention du 1er tour des Législatives 2007 (39,6%) pourrait même être battu !

Dans la circonscription au 1er tour, la participation avait été de 67,75 % c’est à dire une abstention de 32,25 %.

Ce soir, la chaîne de télévision bretonne TéBéo va diffuser à 22 h 30 un débat rassemblant les dix candidats à l’élection législative du 10 juin prochain.

L’émission a été enregistrée vendredi dernier à 14 h 30 dans les locaux de la chaîne à Brest. Elle est animée par son rédacteur en chef Olivier Clech et dure 45 mn.

Pour rendre son déroulement convenable, nous avons été réparti en deux plateaux. Je me suis ainsi retrouvé en compagnie de Corine Nicolas, la candidate du MoDem, André Bernard, candidat d’une alliance regroupant le Front de gauche, le NPA, des alternatifs, Alain Rousseau, candidat sous l’étiquette « rassemblement bleu marine » qui réunit le FN et un petit parti souverainiste et Georges Philippe Fontaine de l‘UMP.

L’ensemble de l’échange a duré une vingtaine de minutes ce qui explique que les propos furent limités à leur plus simple expression. Je ne doute pas que cela va permettre aux téléspectateurs de se faire néanmoins une idée des différents compétiteurs.

L’émission sera rediffusée demain à 7 h 30, le lundi 4 juin à 11 h 45, le 5 juin à 9 h 30, le 6 juin à 19 h 15, le 7 juin à 1 h 30 et enfin une dernière fois le 8 juin à 15 h 15.

Facebook

Twitter