Ce matin j’ai donc participé devant 200 personnes environ à un débat sur l’avenir des langues régionales organisé par la coordination à l’origine de la journée revendicative.

J’y intervenais au nom de François Hollande et mon propos était de ce fait plus aisé que ceux qui représentaient Nicolas Sarkozy ou Jean-Luc Mélenchon dont l’hostilité au développement des langues régionales est de notoriété publique.

Pour le premier, « aimer la France » c’est tout simplement  » refuser de ratifier la charte des langues minoritaires » !!! On ne peut pas faire plus caricatural. Quand on pense que le même candidat sortant n’a eu de cesse durant son quinquennat de tenter de faire croire qu’il se souciait des langues. Il suffit de se rappeler de son plaidoyer lors de sa dernière visite en Bretagne, c’était le 9 mars 2011 dans le Morbihan. On relira avec profit ma remarque d’alors en cliquant ici.

Quant à Jean Luc Mélenchon, on se rappelle qu’il avait dans un débat au Sénat qualifié Diwan de « secte » et qu’il avait dans le même endroit proclamé sa fierté d’être  » jacobin, ne parlant que la langue française – et l’espagnol, langue de mes grands-parents. » Personne ne songe évidemment à lui en disputer le droit. Les contorsions de ses représentants lors du débat n’en semblaient que plus acrobatiques.

Enfin, pour mémoire, je rappelle que François Hollande a pris l’engagement de ratifier la charte. Cela figure en toute lettre dans le programme que je ne cesse jour après jour de présenter et de diffuser dans la circonscription.

Au programme de la journée, d’abord une distribution du programme de F. Hollande à Briec entre 10 h 30 et 12 h.

Ensuite, direction le canton de Fouesnant et notamment la commune de Gouesnac’h. A partir de 16 h, porte à porte et puis à 18 h 30, réunion publique au restaurant scolaire.

Demain, la journée sera évidemment consacrée aux langues régionales puisque je participerai à un débat aux Halles St François à partir de 10 h où je vais débattre avec Ronan Dantec sénateur d’Europe Ecologie Les Verts, Erwan Balanant pour le Modem, André Gac pour le Front de Gauche et Françoise Louarn pour l’UMP.

Ensuite, participation à la manifestation qui débutera à 14 h, place de la résistance.

Durant plus de deux heures, hier matin, j’ai accompagné Jean Gaubert, député PS des Côtes d’Armor dans une rencontre avec une vingtaine d’agriculteurs à Landrévarzec.

Cette initiative répondait à une préoccupation évidente : confronter les attentes des paysans avec le projet que porte François Hollande. Celui-ci vise à répondre à un triple défi : la souveraineté agricole et alimentaire, l’enjeu économique et social pour garantir aux agriculteurs un juste revenu et la question environnementale afin de réduire la dépendance aux énergies fossiles, aux engrais et aux pesticides.

Sous la mandature de Nicolas Sarkozy, bien que disposant de solides atouts, la compétitivité de ce secteur a été affaiblie ces dernières années par une logique de dérégulation, la France étant passée du 1er au 3e rang des agricultures européennes.

L’essentiel des réponses portées au nom du candidat par Jean Gaubert, s’articule autour de la volonté que la valeur ajoutée générée par l’ensemble de la filière puisse être répartie de façon plus équitable entre producteurs, transformateurs et distributeurs. Dans cette perspective, F. Hollande veut renforcer le lien entre l’industrie agroalimentaire et les agriculteurs, favoriser l’organisation collective des producteurs, modifier les rapports de négociation et améliorer les outils de contractualisation. Et naturellement la mobilisation des crédits européens et des Régions viendra en appui de ces objectifs.

Comme toujours en de pareilles circonstances, le sujet fut loin d’être épuisé. Mais les législatives nous offriront la possibilité de le poursuivre…

Ce matin, je vais avoir le plaisir d’accueillir Jean Gaubert député des Côtes d’Armor pour une rencontre dans une exploitation agricole dans le canton de Briec.

Jean est à l’Assemblée, un spécialiste reconnu de ces questions, il est d’ailleurs le vice-président de la commission des affaires économiques. Après avoir discuté avec des agriculteurs, il participera à une table ronde à midi avec des représentants des différentes organisations professionnelles.

Cet après midi, je serai à Plomelin entre 16 h et 18h, pour deux heures de porte à porte. Par contre, ce soir petite pause dans la série de réunion publique !

Hier soir, la Ligue des Droits de l’Homme organisait une présentation du programme des différents candidats aux élections présidentielles.

Nous étions 8 à être présents. Avec 3 mn par question, il nous appartenait, depuis un public d’environ 200 personnes, de défendre les propositions de notre candidat.

L’ensemble fut assez sage, chacun jouant plus ou moins consciencieusement sa partition. J’ai cependant noté avec malice qu’avec Didier Lennon qui représentait François Bayrou, nous étions les seuls à citer le patronyme de notre candidat et à renvoyer au contenu précis d’un programme publié et connu.

Il est vrai que lorsque l’on soutient un candidat sortant dont la popularité a plongé dans les abîmes depuis février 2008, ce qui détruit toute crédibilité pour l’avenir et qu’en sus, ce candidat n’a pas pris la peine, pour le moment, de présenter au pays un programme cohérent et charpenté, l’exercice est particulièrement périlleux.

Facebook

Twitter