Je ne crois pas que François Hollande ait la mémoire courte aussi je ne comprends pas qu’il annonce aujourd’hui sa candidature aux primaires.

Il ne s’agit pas de lui reprocher sa démarche. Les primaires sont un choix des adhérents du PS, il est bien normal que des compétiteurs se préparent. Mais pourquoi se lancer maintenant ?

La droite se déchire à pleines dents et vient du coup de récupérer le mistigri de la division dont chaque socialiste connaît – hélas – les conséquences mortifères. A l’inverse, mardi prochain, le BN doit se réunir toute la journée pour débattre et adopter la version de notre projet qui sera soumise au vote des adhérents. Quel heureux contraste !

Pourquoi alors François Hollande choisit-il d’apparaître comme le diviseur en prenant le risque de susciter des articles sur le ressurgissement de la guerre des chefs au sein de notre formation ? N’aurait-il pas été plus heureux de différer cette démarche personnelle voire par exemple en la réservant au conseil national qui doit se tenir samedi de la semaine prochaine ?

Il me semble que c’est ce qu’aurait conseillé aux impatients le même François Hollande quand il était premier secrétaire.

Inquiet des menaces pesant sur la brigade des douanes de Quimper, j’ai interpellé le Gouvernement, mardi matin, durant la séance des questions orales. Le ministre de tutelle François Baroin, étant absent, c’est la secrétaire d’Etat aux solidarités et à la cohésion sociale, Marie-Anne Montchamp, qui m’a répondu.

Son intervention m’a laissé une impression mitigée. Certes, elle est rassurante à certains égards : en dépit de rumeurs insistantes, le gouvernement n’envisagerait ainsi dans l’immédiat aucune fermeture de brigade en Bretagne. En revanche, il est bien prévu de procéder à une nouvelle réforme de la carte douanière fin 2012, en fonction des résultats obtenus par les unités.

A demi-mots, Marie-Anne Montchamp m’a fait comprendre que la position de la brigade de Quimper était fragile en raison d’objectifs qui n’auraient pas été atteints. J’ai tenu à lui rappeler qu’elle occupe tout de même aujourd’hui la 1ère place au niveau régional pour les contrefaçons et la 3ème pour les saisies de stupéfiants, et ce malgré des moyens humains et matériels sans cesse revus à la baisse. Mais il semble bien qu’il soit toujours conforme aux usages d’accuser son chien de la rage lorsqu’on veut s’en débarrasser !

Il ne faut pourtant pas céder à l’abattement. Avant la supposée prise de décision fin 2012, bien de l’eau coulera encore sous les ponts et d’importantes échéances électorales doivent survenir…

Aujourd’hui l’ensemble des professions judiciaires se mobilise à nouveau pour défendre une justice indépendante et de qualité.

Je suis à Paris et je ne pourrai donc physiquement me joindre à eux devant le palais de justice à Quimper. Pourtant, je sais combien le service public de la justice va de plus en plus mal : manque criant de personnel (magistrats, greffiers, conseillers d’insertion et de probation, etc…), délais de jugement longs, conditions d’exécution des décisions de justice de plus en plus difficiles.

Personne ne peut contester le fait que le pouvoir actuel a abîmé notre justice, pilier de notre démocratie, en portant atteinte a son indépendance. La politique qu’il mène a entraîné un alourdissement de ces missions sans moyens, au détriment de la qualité de la justice rendue et donc des justiciables

Face à cette situation, le refus du dialogue est irresponsable. J’espère donc dans l’intérêt de tous les citoyens que le ministre trouve les voies de la négociation.

Facebook

Twitter