Le conseil national du PS vient d’adopter par 189 voix « pour« , 14 voix « contre » et 18 « abstentions » la proposition des 8 listes pour les élections européennes.

Elles vont maintenant être soumises au vote des adhérents qui se prononceront le jeudi 12 mars. Chacun connaissait les difficultés à lever : la volonté de renouvellement, le souci d’intégrer la diversité des origines des Français, la nécessité d’une continuité car le travail européen est complexe, la pondération entre les différentes sensibilités qui se sont exprimées lors du dernier congrès, le respect des territoires… Une gageure quoi ?!

Pour la circonscription « Ouest » qui réunit les régions Bretagne, Pays de Loire et Poitou Charente, le conseil national propose en position éligible (c’est à dire les 3 premières) : Bernadette Vergniaud (Poitou Charente), Stéphane Le Foll (Pays de Loire, sortant) et Isabelle Thomas (Bretagne). Viennent ensuite Yannick Vaugrenard (Pays de Loire sortant), Françoise Ménard (Poitou Charente), Michel Morin (Bretagne), Roselyne Lefrançois (Bretagne sortante), Guy Moreau et Norma Mevel Pla.

Membre titulaire du conseil, je n’ai pas voté cette proposition globale. D’abord parce que le PS n’a pas été capable de confier 4 têtes de liste à des candidates soit la stricte parité (nous n’en présentons que 3). Ensuite, parce que même si je ne méconnais pas la complexité de l’exercice, je trouve le résultat trop empreint de considérations internes au PS que je trouve déconnectées de l’enjeu. Enfin, parce qu’au final, je crois que nous avons collectivement laissé échapper une occasion de rénovation en ne bouleversant pas nos règles d’élaboration.

Le comité présidé par Edouard Balladur a donc publié son rapport sur la réforme du statut des collectivités territoriales avant de le remettre officiellement à Nicolas Sarkozy le 5 mars prochain.

Je vais en prendre connaissance ce week-end. Vous pouvez d’ailleurs en faire autant en le telechargeant-ici.

Comme je l’ai dit hier à Ouest France qui m’interrogeait sur ce sujet, si je n’ai aucun a priori sur le thème, je me méfie des choix auxquels va procéder l’exécutif. Je ne crois pas un instant que le Président de la République cherche à bâtir une réforme destinée à satisfaire des priorités utiles au pays et à nos concitoyens comme la réduction des disparités territoriales et des inégalités sociales, conditions essentielles à la compétitivité renforcée, l’efficacité accrue des politiques publiques, le renforcement de la démocratie locale.

L’expérience de la révision constitutionnelle nous a montré qu’Edouard Balladur pouvait écrire tous les rapports qu’il voulait, Nicolas Sarkozy n’en retenait que ce qui l’intéressait. Je ne me laisserai donc pas berner par un discours faussement moderniste et réellement rétrograde.

Par ailleurs, comme je suis en ce moment et surtout ici, interpellé sur ma position sur la réunification de la Bretagne, je la réitère bien volontiers. En 2004, comme conseiller régional j’ai voté un voeu. Il reste ma ligne de conduite.

Dans deux notes précédentes (la première le 29 août 2008 au moment de l’université de la Rochelle et la seconde le 7 décembre juste après le congrès de Reims) j’émettais des réserves sur la fâcheuse tendance du PS à se doter de directions pléthoriques.

Las, mardi dernier, l’actuel secrétariat national a grossi de 31 personnes portant ainsi son effectif à plus de 80 personnes !!! C’est 33 de plus qu’avec François Hollande au moment du congrès du Mans… Quand je pense qu’il fut moqué… Serions-nous donc atteints du syndrome du nénuphar qui sur l’étang, double de volume chaque nuit ?

Qu’on me comprenne bien, ce n’est évidement pas la qualité des nouveaux secrétaires nationaux ou secrétaires nationaux adjoints que je mets en cause. J’en connais quelques-uns depuis longtemps et je sais leur dévouement au PS et à ses militants. C’est juste que je ne crois pas à l’efficacité d’un mastodonte de cette taille surtout au moment où il faut rénover la machine.

Heureusement que statutairement le BN est limité à 54 membres parce que sinon il aurait fallut pousser les murs de la salle Marie Thérèse Eyquem à Solférino.

Si ce sujet vous intéresse, vous pouvez lire la liste des nouveaux promus sur le site de Marcelo Wesfreid, journaliste talentueux de l’Express.

Ce matin j’ai manifesté avec les parents d’élèves et les enseignants devant l’Inspection d’Académie. Il s’agissait de protester contre les fermetures de classes qui frappent tout le Finistère.

Naturellement, ces choix découlent des mesures prises par le Ministre de l’Education nationale dans le cadre du Budget 2009. Une nouvelle fois le  gouvernement est resté sourd aux craintes exprimées par le monde enseignants et les parents d’élèves face à ces atteintes au service public de l’enseignement.

Sans concertation aucune, ni dans le Finistère, ni dans le reste du pays, des décisions brutales ont été prises. Pire, les autorités académiques peinent à justifier leurs décisions ! Comment expliquer en effet que dans une commune dont la population croît, on ferme une classe ? Où est la cohérence quand on propose en même temps d’ouvrir un demi- poste et que l’on en supprime un parallèlement ? Que l’on regarde Clohars Fouesnant par exemple ou Gouesnac’h.

Et je ne reviens pas sur les postes de RASED supprimés dans une logique purement comptable, ce qui reste inacceptable pour un dispositif humain aussi précieux !

Il y avait beaucoup de monde ce soir, salle du Nautile, à la Forêt Fouesnant pour fêter les skippers de Port-la-Forêt.

Raymond Pérès, le maire avait en effet organisé une manifestation de sympathie en l’honneur de tous les navigateurs qui s’entraînent dans le « Pôle France Finistère course au large » et qui viennent de terminer le Vendée Globe.

Armel Le Cléac’h, Roland Jourdain, Samantha Davies, Jeremy Beyou, Jean Le Cam, Yann Eliès, Michel Desjoyeaux étaient donc là pour témoigner qu’on ne peut pas courir une telle épreuve sans le soutien d’une équipe.

Ce soir, j’étais donc député de Port Laf’. Heureux de voir ces aventuriers dont le dépassement de soi se conjugue avec la recherche permanente d’innovation. Epaté par ces marins d’exception qui sont le fruit d’un savoir-faire unique en matière de construction navale high-tech, d’équipements et services nautiques, et d’une filière nautique du nombre et de l’excellence.

Facebook

Twitter