5700_hirsch.jpgL’Assemblée entame ce soir, dans sa séance de 21 h 30, la discussion sur les articles du projet de loi sur le RSA. Notre position définitive n’est toujours pas arrêtée.

Comme je l’ai déjà écrit ici, notre principale objection porte sur le financement de ce nouveau dispositif. Il ne nous paraît pas admissible en effet que ceux qui bénéficient du bouclier fiscal n’y contribuent pas. En effet, si le principe d’une aide financière au retour à l’emploi ne fait pas débat, et si le RSA peut présenter pour ses futurs bénéficiaires un gain de pouvoir d’achat, il ne peut pas être, en revanche, la seule réponse aux problèmes de l’exclusion, ni surtout masquer une politique injuste dont la loi de juillet 2007 demeure la triste illustration.

A titre personnel, je regrette aussi que le gouvernement n’ait pas jugé bon d’attendre des résultats fiables des expérimentations entamées depuis juin 2007. En effet, la plupart des 34 expérimentations ont débuté entre novembre 2007 et mars 2008. Comment juger avec aussi peu de recul ?

A vouloir agir avec précipitation, on va dans quelques mois se rendre compte que le système est complexe, parfois illisible et peut être au total contre productif. Les 7 millions de personnes qui survivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté, les 1 136 000 qui sont allocataires du RMI attendent de nous des réponses. Nous ne pouvons pas nous tromper.

imgp1952-1.jpgNuméro 3 de la lettre d’information que j’adresse depuis le mois de mai dernier aux élus des différents conseils municipaux de la circonscription mais aussi aux adhérents du PS. Vous pouvez le télécharger ici.

Comme à chaque numéro, je présente rapidement les sujets sur lesquels je concentre mon attention souvent d’ailleurs en raison de textes qui vont être proposés à la discussion à l’Assemblée.

Sur ce point, pour le moment force est de constater que la réforme constitutionnelle n’a rien changé : le gouvernement a en effet décrété l’urgence sur tous les textes de la session ! Concrètement, cela veut dire que l’Assemblée ne connaîtra qu’une seule lecture.

J’évoque aussi les questions posées aux différents ministres dont les projets, découverts dans la presse, peuvent susciter inquiétude ou étonnement. Et en parallèle, je résume les réponses obtenues.

Enfin, rendant de ce fait compte de mon mandat en permanence, je donne mes positions sur les derniers votes intervenus soit au sein de la commission des lois soit dans l’hémicycle.

bss21-09-20074_20071007_1361567050.jpgManifestation de sympathie ce matin au Pavillon pour l’anniversaire de l’emblématique cercle de Kerfeunteun : les Eostiged ar Stangala.

C’était il y a 60 ans que cet ensemble fut créé, ce qui fait de lui l’un des cercle les plus anciens de Bretagne. Comme l’a rappelé son actuel président, Jean Michel Le Viol, attachés à leurs débuts à l’étude des danses traditionnelles et à leur conservation, les Eostiged ar Stangala ont été les premiers à entreprendre la transposition de la danse traditionnelle à la scène.

Et depuis, convaincus que la danse traditionnelle bretonne offre une palette inépuisable de par sa diversité et son originalité, ils n’ont cessé d’imaginer, d’inventer afin de rester parmi les plus dynamiques. Vendredi encore, les 30 danseuses et 17 danseurs animés par la même passion de la danse, ont démontré avec leur nouveau spectacle « King size storiou » la maîtrise de leur art.

Et raconter leur histoire, c’est aussi raconter celle d’un quartier de Quimper, qui était un village à part entière avant d’être fusionné dans le grand Quimper en 1960. Alors bon vent Kerfeunteun et ses rossignols !

432107-529668.jpgTout à l’heure j’ai eu le plaisir en compagnie de Nathalie Conan et de Jean Loaec, le maire de Pleuven d’inaugurer la nouvelle « maison de l’enfance et des loisirs » de la commune.

C’est une belle réalisation dont la municipalité peut légitimement s’enorgueillir. De fait, elle est ouverte depuis une année et la fréquentation est le témoignage vivant du succès.

L’initiative est d’autant plus louable qu’il s’agit d’une démarche municipale alors que, de plus en plus, ce genre de réalisation relève des structures intercommunales. C’est donc sans fard que dans mon propos, j’ai souligné l’engagement de l’équipe de Jean Loaec en faveur des familles.

En investissant ainsi dans le service public de l’enfance, ces élus ajoutent une pièce majeure dans l’indispensable combat pour l’égalité des chances des enfants et pour lutter contre le chômage et la précarité féminine.

Sarkozy démenti

26 septembre 2008 11 Commentaires

images.jpegLe gouvernement vient de présenter ce matin son projet de budget pour l’an prochain. Il est en exacte opposition avec les propos tenus hier par le Président de la République à Toulon.

Ce projet devrait soutenir l’économie ? Il alourdit la fiscalité des entreprises. Il devait soutenir l’emploi ? Il supprime 35 000 postes de fonctionnaires au moment même où le chômage repart vivement à la hausse. Il devait préparer l’avenir ? Il réduit les moyens éducatifs, gèle les crédits de la recherche et de l’enseignement supérieur, assèche les ressources des collectivités locales qui représentent 75 % des investissements d’infrastructures.

Nicolas Sarkozy prétendait protéger les Français, notamment les plus modestes ? Le projet de budget est socialement injuste. Sa politique fiscale se caractérise par l’illisibilité et l’incohérence. Un exemple : le budget crée une incitation fiscale à l’intéressement et à la participation alors que dans le même temps le projet de budget de financement de la sécurité sociale accroît la taxation de ces revenus !

Le Président veut dire la vérité aux Français ? Le projet de budget est politiquement mensonger avec des prévisions notoirement irréalistes notamment dans la trajectoire de retour à l’équilibre des finances publiques.

En fait, ce texte est une démonstration d’une action gouvernementale déboussolée dont le seul phare dans la tempête est la préservation des plus aisés.

Facebook

Twitter