PS = SFIO ?

29 février 2008 27 Commentaires

sfio_1945.jpgL’historien Jean-Pierre Rioux avait dans l’édition du 13 février dernier d’Ouest France raillé le PS en le ramenant à la « SFIO de 1958 ».

Il n’est pas le seul dans la période à entonner cette ritournelle. Le professeur de sciences politiques Frédéric Sawicki n’a pas non plus résisté à cette facilité dans Libération le 19 février.

Leur analyse ne me semble pas juste. C’est la raison pour laquelle, j’ai adressé à Ouest-France une contribution contre-argumentant. Intitulée « le PS de 2008 loin de la SFIO de 1958 », elle est publiée ce matin. Vous pouvez en retrouver le texte ici.

Mais a postériori, un doute m’étreint comme on dit. Comment se fait-il que j’ai été le seul à réagir alors que la tribune de Rioux, a certainement été lue par beaucoup de socialistes bretons. Serait-ce que ma conviction est erronée ? Dites moi….

img_1192636768748.jpgSaisi par mes soins, le tribunal administratif de Rennes a, dans son délibéré du 14 février dernier, rendue publique le 22 février, décidé d’annuler la signature du marché de collecte des ordures ménagères passé entre Quimper Communauté et la société Grandjouan Onyx.

Il a ainsi suivi la requête que j’avais déposé le 10 avril 2004 en ma double qualité de d’usager et de contribuable.

En effet, après étude approfondie du dossier, il m’était apparu que les conditions dans lesquelles ce marché avait été attribué le 20 octobre 2003 étaient particulièrement discutables. J’avais été notamment surpris de la précipitation avec laquelle le Président de Quimper Communauté avait agit au mépris de l’indispensable information des conseillers communautaires.

De fait, le tribunal très sévère fait état de « la gravité des vices affectant la procédure de passation du marché », reconnaissant que j’étais fondé, à en obtenir la nullité. Ces irrégularités l’ont donc conduit condamner Quimper Communauté à rechercher avec Grandjouan la résolution du marché par voie amiable. Si la communauté n’y parvenait pas, le tribunal prendrait les moyens autoritaires pour le faire cesser dans un délai de trois mois à compter de ce jour.

J’ai été hier surpris de lire dans les quotidiens locaux que pour Quimper Communauté, cette décision ,’était que « formelle« . Je crains qu’un tel commentaire ne traduise la désinvolture qui règne à la tête des services municipaux. Le respect du droit n’est jamais une formalité, c’est une exigence.

La nouvelle équipe de Quimper Communauté qui sera élue en mars devra donc remettre en concurrence ce marché de collecte.  

biere.jpgJ’entame la préparation d’un futur débat parlementaire consacré à la législation funéraire. De prime abord, le sujet ne semble pas passionnant. Et pourtant, il touche le quotidien de milliers de personnes.

A Quimper, par exemple, environ 350 personnes décèdent par an et 40 % d’entre elles choisissent la crémation. C’est nettement plus que la moyenne nationale qui est de 22 %. C’est aussi le cœur du sujet car les cendres de défunts ont cette spécificité de n’avoir aucun statut juridique. Elles sont simplement considérées comme des souvenirs de famille.

Il en découle une question essentielle : les familles doivent-elles pouvoir conserver les cendres chez elles ?

Pour le moment, notre règlementation est l’une des plus libérales d’Europe. Elle prévoit que, si le défunt en a manifesté la volonté, deux options sont possibles, soit l’urne est conservée dans une propriété privée, les cendres sont dispersées en pleine nature, sans pouvoir l’être sur les voies publiques ; soit l’urne est conservée, ou les cendres dispersées, dans le cimetière. En l’absence de volonté manifestée par le défunt, le cimetière devient le lieu naturel de la destination des cendres.

Le texte étudié par la Commission des Lois le 30 janvier dernier propose de revenir sur ces possibilités et d’interdire l’appropriation privative des centres. Le sujet est sensible, j’ai reçu par exemple hier l’association des crématistes du Finistère qui s’y oppose. Je reviendrai dans les prochaines semaines sur ce texte.

chypre-president.jpgFranchement ne comptez pas sur moi pour vous expliquer cela : un communiste vient d’être élu Président à Chypre avec le soutien du parti centriste !!!

Même en tentant de donner du crédit au discours de Bayrou qui cherche à bouleverser (à son profit) les repères politiques classiques que connaît notre pays, la logique du vote chypriote ne saute pas aux yeux.

D’autant que le nouvel élu, Demetris Christofias, ne passe pas pour un ardent supporteur de l’Union européenne, ni même comme étant spécialement attaché à l’économie de marché ou à l’euro. Il s’est d’ailleurs opposé à l’adoption de la monnaie commune par son pays le 1er janvier dernier.

Il a pourtant obtenu le soutien du Président sortant, européen convaincu, qui fut évincé, à la surprise générale, du tour décisif. Pour corser tout cela, il faut rappeler qu’au milieu de l’été dernier, quelques jours avant la déclaration de candidature du Président sortant, 4 ministres membres du Parti progressiste des travailleurs de Christofias avaient décidé de quitter la coalition gouvernementale !

Bref, je résume, ils ne sont d’accord sur rien, ils s’opposent sur les sujets essentiels et ils finissent par voter pour un même candidat !

On se croirait presque en Polynésie Française…

braden1.jpgHier, marché du Braden avec Maryvonne Blondin. Surprise la présence de Jacques Le Guen, député UMP pour soutenir Allain Le Roux.

Il y a sûrement un symbole dans cette démarche mais sans doute pas celui du succès !!! C’est depuis que mon éminent collègue coordonne le groupe de droite du conseil général que nous gagnons avec constance les cantonales… Par contre, si Allain Le Roux voulait montrer sa distance à l’égard du Sarkozysme alors c’est vrai l’image est parlante…

Mais qui de nos jours est encore sarkozyste ? Même Marcelle Ramonet a biffé le symbole de l’UMP sur son dernier document électoral… Je vous conseille d’ailleurs sa lecture de toute urgence, c’est d’une méchanceté pour la municipalité sortante… On dirait un trac de l’opposition…

Je me permets aussi de noter après mon ami Bruno, l’extraordinaire discrétion d’Alain Gérard dans cette campagne… Tout cela n’empêche cependant pas Mme Ramonet d‘affirmer que  « [son équipe est] la meilleure, la plus unie et la plus compétente ». C’est vrai que cela va mieux en le disant.

Facebook

Twitter