sarkoland.jpgSur le modèle des journées sans tabac et dans le même esprit de protection de la santé publique, une association, le Rassemblement pour la Démocratie à la Télévision (RDT) avait lancé un appel pour une « journée nationale sans Sarkozy dans les médias » le 30 novembre, jour anniversaire de sa candidature à l’Elysée…

Ce diable d’homme a déjoué ce séduisant objectif en s’imposant hier soir à la télé et nous contraignant de ce fait à commenter ses propos…

Il y a d’ailleurs peu à dire : ces 45 minutes de quasi monologue n’auront pas rapporté un seul euro à un seul Français. Et pour cause : le gouvernement a voté cet été un paquet fiscal de 15 milliards d’euros qui prive la France de toute marge de manœuvre pour agir sur le pouvoir d’achat.

Rien de concret et rien d’immédiat ne figure dans les propositions avancées, que ce soit sur les prix ou sur les salaires. En effet, l’essentiel d’entre elles (monétisation des heures supplémentaires, dérogations aux accords d’entreprise, ….) sont déjà en place depuis plusieurs années et ont démontré leur inefficacité. Depuis six ans, l’UMP n’a en effet eu de cesse de réduire à néant les 35 heures sans que cela soit suivi d’effets sur l’emploi et le pouvoir d’achat.

Pour le reste, Sarkozy s’en remet « au bon cœur » des entreprises, puisqu’elles seules décideront de l’attribution des primes ou d’augmentation du nombre d’heures travaillées, ce à quoi la conjoncture n’incite guère.

Poignant

29 novembre 2007 12 Commentaires

tetes.jpgJour de vote chez les socialistes quimpérois. Une fois de plus, nous allons choisir celui qui aura l’honneur de conduire la liste que nous présenterons en mars.

Dans ce domaine, la personnalité est évidemment un facteur à prendre en compte. Pour ceux qui s’interrogent encore sur Bernard Poignant, je les invite à lire son portrait dans l’ouvrage que vient de publier Michel Rouger, journaliste à Ouest France, illustré par Nono,  « Têtes de bretons » aux éditions du temps.

Contrairement à l’image que l’on peut avoir de Bernard, on y découvrira qu’il n’est pas né avec une cuillère vermeil dans la bouche. On y lira une histoire de vie de nature à réconcilier bien des citoyens avec la politique. On y constatera sa passion pour une ville qui l’a poussé à relever bien des défis et à les réussir.

Au total, je crois, comme pour les 12 autres responsables politiques bretons portraitisés (Marylise Lebranchu, Pierre Maille, Louis Le Pensec, Jean-Yves Le Drian mais aussi François Goulard ou Pierre Méhaignerie) qu’on comprendra mieux ce qui pouvait pousser un humain à se lancer dans la politique et que l’on n’aura plus du tout envie de qualifier d’« animal politique« !

thumb_ramonette4.jpgLa rumeur a enflé dans Quimper hier soir à partir de 19 h 00, les oracles de l’UMP éclairés par le dieu IPSOS ont, sans vraie surprise, investi Marcelle Ramonet.

Ce sera une concurrente redoutable que j’invite mes camarades à ne pas sous estimer.

Certes, ses performances électorales ne plaident pas en sa faveur. En 2002, au second tour de la législative, elle ne parvenait qu’à obtenir 49,12 % des suffrages exprimés et cinq ans plus tard, elle descendait à 43,31 %.

Pour autant, ce n’est pas la même élection. Depuis 6 ans, Marcelle Ramonet est première adjointe et à ce titre, elle s’est investie dans des dossiers qui pèseront lourds dans le débat municipal. Je pense notamment à la politique de la ville. Elle y a gagné une vraie compétence et un réseau de relations qu’illustre la composition de l’association qu’elle a lancé pour préparer sa campagne.

De plus, sarkozyste de la première heure, elle bénéficiera du soutien sans faille de la machine UMP où elle possède des relais efficaces comme son investiture vient de le souligner. Or s’il y a bien un domaine dans lequel l’UMP a montré son savoir faire c’est bien le moment électoral.

Discrimination

28 novembre 2007 4 Commentaires

fils-des.bmpDemain sera organisée une grande manifestation à Paris pour réclamer la suppression de ce qu’il faut bien appeler une discrimination.

En effet, 13 juillet 2000, la France a réparé le préjudice subi par les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites. Le 27 juillet 2004, elle a réparé le préjudice subi par des orphelins dont les parents ont été victimes de la barbarie nazie morts en déportation, fusillés ou massacrés pour des actes de résistance ou pour des faits politiques. Et le 23 février 2005, la France a réparé le préjudice subi par des orphelins dont les parents ont été victimes d’événements liés au processus d’indépendance de ses anciens départements et territoires. Ces reconnaissances étaient indispensables.

Toutefois, notre pays a oublié, par trois fois, que la souffrance de perdre une mère ou un père et les conséquences personnelles et familiales que cette perte a impliquées ne peuvent être classifiées. Du coup, en introduisant une indemnité sélective, la loi du 24 juillet 1917 qui définit un statut unique des pupilles de la Nation a été dénaturée.

A l’heure où l’on s’attache à défendre les valeurs de la République, comment la France pourrait-elle témoigner plus longtemps d’une reconnaissance graduée pour celles et ceux qui ont donné leur vie pour notre pays ? C’est le message que veut porter ceux qui demain seront dans la rue.

Ils ont mon soutien. J’ai d’ailleurs posé une question écrite au secrétaire d’État à la défense, chargé des anciens combattants sur ce sujet.

untitled.bmpLa droite a commandé un sondage à IPSOS pour les municipales à Quimper. Deux de mes amis ont été ainsi interrogé ces jours derniers pendant une petite vingtaine de minutes sur l’image des responsables politiques locaux et sur leurs intentions de vote.

La pratique n’est pas nouvelle, dans le passé, le RPR avait déjà fait appel à cette technique. Elle n’a d’ailleurs rien d’infamante.

Elle est juste surprenante pour un parti qui ne cesse de mettre en avant son nombre d’adhérents. En effet, aux dernières nouvelles, le délégué de la circonscription, Allain Le Roux revendiquait pour la région de Quimper près de 500 adhérents pour un total départemental affiché à 3026.

Je ne mets pas en doute les chiffres mais à quoi servent ces cotisants s’ils n’ont pas la capacité à choisir celui ou celle qui va conduire la liste UMP en mars prochain ? L’UMP ne leur fait pas confiance ? J’espère en tout cas que nous aurons les résultats rapidement afin de rompre l’insoutenable suspense sur l’identité du futur leader de la droite quimpéroise…

Facebook

Twitter