untitled.bmpUne double invitation à découvrir deux blogs.

Le premier est celui d’un ami, de l’ami devrais-je dire car je ne suis pas certain que l’on puisse en avoir beaucoup. En tout cas, lui en est un. Et depuis longtemps. Fidèle, intelligent, discret et généreux. Son blog est à son image : soucieux d’esthétisme et vif dans l’écriture.

Le second est celui de mon assistant parlementaire à l’Assemblée. Il est original puisque le pari vise à écrire à deux mains, l’une de gauche (celle de Nicolas), l’autre celle de droite (l’un de ses copains). Le résultat est agréable et puis vous pouvez y lire sa version de notre semaine de législateur.
 

erasmuslogo_velke.jpgMariage hier soir d’un fils d’un ami. Un exemple de « mondialisation amoureuse » a dit le maire. Une rencontre entre deux êtres qui s’est construite sur trois continents. Une love story by plane en quelque sorte.

Ils n’en furent pas les bénéficiaires mais leur union me rappelle qu’Erasmus, le célèbre programme d’échéances universitaires fête ses 20 ans.

Les hoquets de la construction européenne, et notamment les « non » français et danois aux référendums de 2005 ont montré que l’Europe du XXIème siècle ne se bâtira plus seulement autour de programmes technocratiques en matière d’énergie (CECA en 1950), d’agriculture (PAC), de commerce (Marché commun), d’aéronautique (Airbus et EADS) ou de monnaie (Euro).

Il faudra de l’humain, du souffle, de la vie. C’est ce qu’Erasmus offre à l’Europe. LE chemin parcouru en 20 ans est immense mais encore insuffisant. Il appartient aux étudiants d’aujourd’hui puisqu’à travers Erasmus, l’Europe s’est choisie sa jeunesse pour ambassadrice.

Carte judiciaire

29 septembre 2007 4 Commentaires

justice.jpgHier vendredi, le préfet du Finistère a organisé autour du premier président de la cour d’appel de Rennes et de son procureur général une réunion destinées à « recueillir les avis des élus locaux » sur le projet de réforme de la carte judiciaire décidé par Rachida Dati.

J’ai publié à l’issue de cette rencontre un communiqué que vous trouverez ici. De mon point de vue, une telle réforme ne peut se concevoir que dans le cadre d’un dialogue en confiance avec l’ensemble des acteurs concernés. Or pour le moment, les conditions ne sont pas réunies.

D’abord, parce que cette volonté de « rationaliser » les implantations judiciaires vient après les autres réorganisations qui ont touché le secteur hospitalier, la banque de France ou la poste. A chaque fois, les représentants des ministères évoquaient un « aménagement souhaitable », une « simplification », une « évolution » et au final, les élus locaux sont confrontés à des suppressions et des disparitions de services publics. Il est donc légitime que les élus concernés soient extrêmement méfiants sur ce projet de réforme.

Ensuite, sous l’apparence de la concertation, il semble bien que les décisions soient largement préparées tant la garde des sceaux a indiqué son intention de fermer la moitié des tribunaux d’instance voire de réorganiser les tribunaux de grande instance. De fait, les échanges d’hier se sont concentrés sur les deux tribunaux à compétence d’instance de Châteaulin et de Quimperlé et sur le TGI de Morlaix. Il est donc probable que la réunion n’était qu’un exercice de forme dans la mesure où les chefs de cour doivent rendre leur conclusions demain dimanche.

Europe 1

28 septembre 2007 4 Commentaires

images.jpgSi jamais vous êtes dans votre voiture ce soir,  vers 19 h 15, je suis un des invités de l’émission de radio « Le club Europe 1 France 2007 » animée par Fabienne Le Moal et Jérôme Dorville…

prison21.jpgJe m’apprête à tourner la page du dossier « contrôleur général des lieux de privation de liberté ». J’y reviendrai à la fin octobre quand le texte passera en 2nd lecture à l’Assemblée. Il faudra alors sûrement à nouveau tenter de convaincre le gouvernement qu’amender son projet n’est pas l’amoindrir mais à l’inverse l’enrichir.

Pendant ce temps là, la surpopulation carcérale continue à augmenter. Il est ainsi probable, comme l’indique un spécialiste de ces questions Pierre V. Tournier, que le record historique de la population sous écrou du 1er juillet 2004 (64 813 personnes dont 63 652 détenus) sera dépassé le 1er décembre 2007 !

Cette estimation calculée à partir du communiqué de presse de l’administration pénitentiaire du 18 septembre est effrayante. Elle résulte en partie de l’abandon des grâces collectives, des effets inflationnistes, à plus long terme de cette décision et surtout des peines planchers dont le poids va progresser dans les semaines à venir.

Prochain sujet parlementaire : à en octobre/novembre, la loi pénitentiaire annoncée par Rachida Dati. Je commence dès maintenant mes lectures préparatoires.

Facebook

Twitter