Sondages…

30 avril 2007 2 Commentaires

games03.jpgIls reviennent et tentent de rythmer à nouveau la campagne. J’ai pourtant l’impression que les électeurs sont moins attentifs. Peut-être sentent-ils intuitivement que la mesure est impuissante.

En effet, sur un échantillon classique de 1 000 personnes, la marge d’erreur est de 3,7 % en plus ou en moins. Toute « estimation » dans cet intervalle n’est pas significative.

Aussi, pour que l’un des deux candidats ait une avance significative, il faut que son « score » soit au-delà de 53,7 %. Il convient donc de rester prudent sur les titres chocs des média. Pour le moment, à ma connaissance, aucun institut n’a publié un tel écart.

dsk.jpgLa semaine a donc été marqué par la danse du centre. En oubliant d’ailleurs l’histoire constitutionnelle qui nous rappelle pourtant que la position publique adoptée par le 3ème ne décide que rarement de l’issue du scrutin

C’est ainsi que De Gaulle fut élu sans l’appui de Jean Lecanuet, que Georges Pompidou ne souffrit pas trop des imprécations de Jacques Duclos, que Valéry Giscard d’Estaing n’eut que faire des réticences de Jacques Chaban-Delmas, que François Mitterrand gagna en dépit de l’appui de Jacques Chirac à son adversaire, qu’il fut réélu quand bien même Raymond Barre apporta son appui à Jacques Chirac et que ce dernier l’emporta sans devoir grand-chose à Edouard Balladur. Et je ne parle pas de 2002…

A quelques jours du scrutin définitif, l’horizon est bien indécis. Beaucoup d’électeurs de gauche sont, sans doute, un peu déroutés par les offres ministérielles faites par Ségolène Royal à l’UDF. D’autres, au contraire, doivent se féliciter que notre candidate lance des passerelles plutôt que d’ériger des herses.

Voilà pourquoi la parole de Dominique Strauss-Kahn est attendue. En raison de son parcours politique, de son analyse de la société et de sa vision de notre pays, sa voix est précieuse. Et, dans le contexte, quelle meilleure région que la Bretagne pour lui permettre à Dominique Strauss-Kahn de développer ses arguments en faveur de la victoire de Ségolène Royale ?

C’est ce qu’il fera demain lundi à 20 h, salle du Chapeau Rouge à Quimper. Je vous y attend.

braden.jpgDernier marché au Braden avec Marc, Géraud, Jean-Marc, Florian, Géraldine, Christian, Gisèle, Hubert. Dimanche prochain à la même heure, les dés seront jetés. Il ne sera plus temps de convaincre…

Nous n’étions pas seuls, à quelques pas, des militants de la LCR et d’autres du « collectif antilibéral » distribuaient des tracts appelant à battre Sarkozy.

Il y avait aussi trois élus UMP du conseil municipal de Quimper que j’ai trouvé peu motivés, mais suis-je vraiment lucide ?  En tout état de cause, il m’a semblé que nous étions mieux accueillis, plus encouragés. Il est vrai aussi que les bureaux de vote de ce quartier sont favorables à la gauche. Il faut donc tenter de raison garder. Et pourtant, les échos de camarades distribuant au même moment sur le marché St Louis à Brest me renvoyaient une impression identique. Alors ?

Les conversations furent sérieuses. Ici, une maman dont l’avenir du fils handicapé conditionnera son vote tant les besoins sont grands dans ce domaine et les réponses publiques encore insatisfaisantes. Là, un retraité qui s’inquiète du montant de sa pension. Plus loin, un couple de jeunes qui ne veux pas d’une France étriquée et méfiante.

Un jour comme les autres dans une campagne qui ne ressemble à aucune. Où je cherche les arguments à partir de mes émotions et de mes convictions. Pour que demain, nous puissions construire ensemble cet avenir que nous voulons meilleur pour chacun et pour tous.

Sarkozy_LePen.jpgCe serait donc une victoire démocratique que d’avoir enregistré une régression historique du FN dimanche dernier.

Certes, en pourcentage Jean Marie Le Pen chute de 19,2 % en 2002 (total le Pen + Mégret) à 10,44 % et en chiffres absolus, il passe de 5 471 815 voix à 3 834 530 soit 1 637 285 suffrages de moins.

Mais quelle est la principale explication de cette désaffection ? La reprise par Nicolas Sarkozy d’une partie de son fond de commerce : le discours ultra-sécuritaire, la désignation de boucs émissaires (les chômeurs, les jeunes des cités, ceux qui touchent les minima sociaux,…), une façon d’agiter les peurs (des voyous, des turcs, des clandestins,…), une envie de mettre le moindre délinquant en prison quelque soit sa faute, la recherche de la provocation (karcher, racaille,…)…

Bref, dans son zèle à séduire les électeurs du FN, le candidat de l’UMP a estampillé « droite républicaine » les pires attitudes de l’extrême droite. Je ne suis pas sûr qu’il faille s’en féliciter.

A Kermoysan

28 avril 2007 3 Commentaires

penhars1.jpgDistribution de tracts ce matin dans la galerie commerciale de Kermoysan avec Armelle, Géraldine, Maurice.

J’attendais avec impatience ce premier contact avec les habitants de Penhars. Comment avaient-ils vécu ces quelques jours ? Quelles étaient leurs préoccupations ? Quel jugement portaient-ils sur la main tendue de Ségolène à François Bayrou ?

Certes quelques personnes refusèrent notre tract et d’autres continuèrent leur chemin indiquant par là même leur indifférence à l’issue du processus électoral. Mais pour l’essentiel, c’est bien la crainte de la victoire de Nicolas Sarkozy qui revient le plus. Cette sourde inquiétude semble être le moteur principal de beaucoup d’électeurs.

A la différence des jours qui précédèrent le 22 avril, je n’ai perçu aucun doute. Personne ne m’a dit s’interroger. Les choix sont déjà faits. Bien sûr, le débat du 2 mai est attendu mais plus comme un moment de télévision, pas vraiment comme une occasion de se forger un avis.

Notre tract annonçait la réunion publique de Dominique Strauss-Kahn, lundi 30 avril, à 20 h au Chapeau rouge. Sa venue a suscité bien des approbations. Un bon signe de plus !

Facebook

Twitter