AubadeH.pngFeuilletant un vieux magazine, je tombe sur cette publicité qui m’avait, à l’époque échappé. Les fameuses « leçons de séduction » d’Aubade ne sont plus l’apanage des femmes… La célèbre société française spécialisée dans la lingerie féminine propose donc désormais des dessous pour homme et affiche ses nouvelles publicités où les modèles féminins ont fait place à leurs homologues masculins.

Deux collections par an, puis, quand le rythme sera trouvé quatre, la ligne va se développer très rapidement. Les femmes vont-elle désormais guetter les nouvelles campagnes de pub ?

DSK - Mehdi Fedouach - AFP.jpgEvitons l’hypocrisie prétendument généreuse : je ne suis pas favorable par principe à l’immigration incontrôlée et je suis donc hostile à la régularisation automatique des sans-papiers.

Pour autant, la politique suivie par Nicolas Sarkozy est condamnable. D’un côté, le 24 juillet, il annonce un nombre final de 30% de régularisations alors que sa propre circulaire donne la date butoir du 13 Août, et que pour l’essentiel la majorité des dossiers n’a pas été examinée. De l’autre, il promet que les dossiers seront examinés au cas par cas, et il fixe arbitrairement un chiffre plafond de régularisation. Le journaliste de LCI présent à sa conférence de presse a d’ailleurs souligné le caractère approximatif de ses propos.

Au cœur de cet été, je ne peux accepter que des enfants scolarisés soient, au petit matin, emportés, transportés, déplacés. Même si ces enfants sont dans des familles en situation illégale, même s’il faut lutter contre l’entrée de clandestins dans notre pays, à aucun moment nous n’avons le droit, nous, de refuser ce que les droits de l’homme imposent à l’égard de ces gosses et à l’égard de leurs parents ! La France n’est grande que lorsqu’elle est juste.

Je suis donc fier du travail que mène le réseau éducation sans frontières (RESF) dont j’ai naturellement signé la pétition, et heureux de l’initiative de Dominique Strauss-Kahn qui aujourd’hui dans sa ville de Sarcelles organise une fête de la fraternité.

Hezbollah

29 juillet 2006 3 Commentaires

hezbollah Ramzi haidar afp.jpgFrançois Géré est le fondateur de l’Institut Français d’Analyse Stratégique et il a aimablement accepté de venir animer un atelier dans la prochaine réunion fédérale de rentrée du PS le 16 septembre prochain. Comme il est en vacances à Plomodiern, j’en ai profité pour le rencontrer jeudi. Son regard sur le conflit du Liban est enrichissant.

Cette guerre n’a surpris que les aveugles. Le Hezbollah était devenu un Etat dans l’ectoplasme de l’Etat libanais, son armement impressionnant vient de l’Iran avec la complicité syrienne et l’armée libanaise faible et composite n’est plus maîtresse chez elle. Face à ce danger, Israël a enterré pour longtemps les illusions d’une négociation sans cesse avortée et épouse désormais la stratégie du bastion, ne comptant que sur sa capacité à défendre, bec et ongles, un territoire toujours menacé. Ce pays consacre 1429 dollars par habitant (record mondial) pour ses dépenses militaires. « Qu’ils me haïssent, pourvu qu’ils me craignent », cet adage césarien dirige, faute de mieux, sa conduite.

Alors, « disproportionnée », sa réplique ? Evidemment ! La rétorsion d’un Etat au terrorisme qui, comme le Hezbollah, se dissimule et frappe avec l’appui d’une communauté complice, ne peut être que « disproportionnée ». Israël, à l’évidence, n’attend plus que la résignation de ses bourreaux pour imposer une paix armée.  Seule l’intervention de la communauté internationale pourra éviter une extension du conflit.

bosch.jpgJ’avais été agréablement surpris par leur premier ouvrage 1661 qui racontait un duel sans merci entamé autour de la succession de Mazarin entre Colbert, son âme damnée et Fouquet, le flamboyant ministre des Finances. C’est donc avec gourmandise que je me suis attaqué à « la Conspiration Bosch ». Quelle déception

L’histoire se déroule pendant la Renaissance en 1510, à Bois-le-Duc (aux Pays Bas aujourd’hui) résidence du peintre Jérôme Bosch. Une jeune noble florentine, se trouve plongée au coeur d’une sombre histoire de meurtres démoniaques, dont les mises en scène macabres sont directement inspirées des tableaux du maître. On comprend vite qu’il s’agit d’un complot pour déstabiliser la papauté et le Saint Empire Romain Germanique.

Je n’y ai trouvé aucune vie, aucun ton, aucun de ces élans qui font les meilleurs romans historiques. Ce n’est pas parce que les chapitres sont courts (n’est pas Dan Brown qui veut) que l’énigme est haletante. Au-delà des incohérences et des anachronismes repérés par les spécialistes, il ne suffit pas de prendre des personnages historiques (Bayard, De Vinci, Anne de Bretagne, Raphaël…), de saupoudrer l’ensemble de sociétés secrètes et de cabales pour écrire un thriller.

Lamy photo fabrice Coffrini AFP.jpgLa grande négociation mondiale de l’OMC a échoué hier. Et de la confédération paysanne à la FNSEA en passant par FO, tous acclament la nouvelle. Rien que cette unanimité m’intrigue car, par essence, elle me semble ambiguë.

L’affaire est compliquée mais en substance, il me semble que l’ambition était de faire profiter les nations les plus pauvres de la planète des bienfaits de la libéralisation des échanges et en particulier d’un meilleur accès aux marchés pour leurs productions agricoles. Bel objectif qui s’est donc fracassé sur les intérêts nationaux des deux mastodontes américain et européen.

Comme le dit le directeur de l’OMC,  Pascal Lamy, un socialiste français, « l’OMC n’est bien sûr pas de gauche, mais un outil que la gauche doit s’approprier pour devenir un outil de régulation au service d’une politique de gauche ».

Voilà pourquoi je ne pense pas qu’il faille se réjouir de l’échec. D’abord parce qu’il ouvre la porte à des accords régionaux qui ne seront que l’expression de loi du plus fort et donc pénaliseront les pays pauvres. Ensuite parce que les pays riches, s’ils peuvent aujourd’hui préserver leurs intérêts, auront besoin demain du tribunal de l’OMC pour faire sanctionner des politiques déloyales des grandes puissances de demain.  

Facebook

Twitter